Partagez | .
 

 Périple dans le froid [pv Sia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Onihime
avatar

■ Solitaire ■ |S-Class|


Messages : 17
Date d'inscription : 10/05/2014
Magie : Ténèbres & Nécromancie
Réputation : 700
Jewels : 200 000

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Périple dans le froid [pv Sia]   Mar 13 Mai - 18:55



Périple dans le froid
feat Sia


Voyage, froideur et apprentissage, trois mots qui pouvaient amplement me caractériser si l'on ne me connaissait que très peu. J'avais très peu l'envie que l'on m'approche et encore plus pour se fiche de moi ou me parler de choses futiles. Je ne cherchais qu'à combler cette soif de découvrir et cette envie de devenir meilleure peu m'importe ce temps que je devais passer à peaufiner mon art. Un art que j'adore réellement, qui me passionne et qui m'a fait faire tant de choses incompréhensible pour le commun des mortels. J'avais donc prit le nord de Fiore pour continuer mon périple m'aventurant dans cette grotte réputée pour son grand nombre d'archéologue et de connaissance ainsi que d'histoires diverses. Je soupirais doucement heureuse de me trouver sur ce lieu profitant juste de la froideur du lieu pour me couvrir un peu plus sortant cette cape ainsi que ces bottes que j'avais pu m'acheter avant de venir ici.

"Hum, cristal, archéologue ainsi que quelques vestiges j'ai de quoi faire...."

Je passais alors ma main sur les murs de la grotte. Je n'avais qu'une envie m'enfoncer encore plus dans ces ténèbres m'entourant avant de pouvoir en profiter seule dans mon coin sans toutes ces personnes ici juste par simple curiosité et non pas part manque de savoir. Je soupirais doucement avant d'aller m'enfoncer plus loin, seule dans cet endroit lugubre et assez étrange au final. Je m’arrêtais alors devant des fresques et quelques vestiges d'un autre temps. Je soupirais et profitais juste de cela. Puis vint le moment ou mon pied heurta alors un objet je fini par soupirer doucement me rappelant vaguement de ce que c'était.

"Ca me dit quelques chose... ou ai je bien pu le voir.... "

Je souriais, essayant de me souvenir d'ou il venait. Je ne savait pas du tout, j'avais un trou de mémoire. J'étais vraiment dégoûtée de ne plus savoir, j'avais donc accumulé toute cette connaissance pour ne plus m'en souvenir. Mais au moment ou le nom me revint quelqu’un arriva et je me retournais alors directement face à cette personne.


© Sandra38

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sia
avatar

■ Modo ■ |Nepheis-S|


Messages : 123
Date d'inscription : 26/03/2014
Magie : Magie du Dieu des Voleurs - Hermès
Jewels : 200 000

Feuille de personnage
Level: 16
Expérience:
0/0  (0/0)
Réputation:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   Jeu 15 Mai - 7:35
« Non ! Par pitié ! Nooon ! »

Le bruit fut délicieux, ce bruit fantastique caractéristique d’une lame s’enfonçant profondément dans la chair molle et fragile d’un homme tout juste sorti de l’adolescence. Un son de succion qui venait faire écho au cri de douleur de la victime qui venait après les suppliques. La petite lame s’enfoncer doucement, doucement mais surement, rentrant paisiblement dans le corps du jeune mage sans rencontrer aucune résistance. Puis vint le sang. S’écoulant de toute part de la blessure, coulant de manière abondante tel une fontaine, le liquide pourpre aspergea le bourreau et le sol aux alentours. Se répandait alors cette si douce odeur un peu âpre qui chatouille les narines de n’importe qui, n’annonçant alors qu’une seule et unique chose. Il y avait eu un meurtre. La victime continuait de crier, chantant cette mélodie lugubre qui se répercutait partout dans la petite pièce et qui finit par se terminer par cette particulière, celle d’une personne s’étouffant dans son propre sang. De la bouche du presque mort s’écoulait maintenant son propre sang, crachant sur son exécuteur les restes de sa pitoyable vie, il ferma finalement les yeux pour ne plus jamais les ouvrir. Il avait aussi arrêté de crier. Enfin, il venait de mourir. Si la façon dont il avait trépassé n’avait rien d’agréable pour son corps, ayant sans doute ressentit la plus grande douleur de sa vie comme dernière sensation, il en allait sans doute de même pour son esprit… Il venait d’être tuer par son meilleur ami, quelle déception. Alors qu’il avait passé sa vie à se confier à cet homme, qu’il lui avait dit ses secrets les plus intimes, qu’il s’était ouvert à lui, il avait finalement était trahis au moment où il s’y attendait le moins et venait de se faire cruellement empalé. Voila de quoi se torturer l’esprit une fois arrivé dans l’au-delà…

« Qu’est ce que j’ai fais ?! Non ! »

Encore une nouvelle supplique… Que les hommes sont énervant… Incapable d’accepter les faits quand ils sont face à eux, obligés de se justifier mille et une fois avant de ne voir ne serait-ce qu’une seule petit étincelle de bon sens et d’acceptation. Il fallait accorder au meurtrier qu’il n’avait pas vraiment été lui-même et l’on pouvait aisément comprendre que lui ne comprenait justement pas ce qu’il lui arrive. Il était assis tranquillement à sa table, discutant avec son plus vieil ami autour d’une bière de bonne qualité. Ils se connaissaient depuis longtemps déjà et avait passé de bon moment ensemble. Tout deux faisait parti d’une guilde de la région. Le sujet du soir était les actions d’une certaine Guilde Noire. Le sujet ne devait pas être abordé n’importe où, mais ils se trouvaient dans une auberge qu’ils connaissaient bien et hormis le tavernier, il n’y avait qu’une seule personne à cette heure là. Un homme assis seul, non loin d’eux. Grand, de longs cheveux noirs lui tombant sur les épaules et qui masquait presque l’intégralité de son visage qui se voulait dur et froid lorsqu’il était visible. Il était torse nu, n’ayant qu’une multitude de tatouages tribaux sur la peau comme seul vêtements. Un grand collier en or venait orner son cou et lui donnait une allure presque noble. Il était assis confortablement sur sa table, occupé à ingurgiter une quantité astronomique de nourriture sans même utiliser de couvert, faisant passer toute cette viande sirupeuse avec de grande gorgée de bière fraiche. Quand les deux amis arrêtaient de parler on ne pouvait entendre que les bruits grossier de mastication. Un étranger des plus étranges c’était il dit. D’autant plus que le climat des environs n’était pas propice à se promener presque nu.

Ainsi bien que cet homme pouvait justifier qu’on s’y attarde, les deux amis ne s’en inquiétaient pas et discutait donc tranquillement de cette fameuse Guilde Noire. Il était de notoriété publique que depuis qu’une parti de la Guilde de Fairy Tail avait disparut, les Guildes Illégale avait gagné en influence. A présent, beaucoup de mages vivaient dans une sorte de peur constante. Beaucoup de Mages Noirs faisant alors la chasse à ceux qui opérait sous la régence du Conseil, afin de se faire « une place au soleil » dans le monde cruel des Guildes Ténébreuse. Mais celle qui avait sans doute tiré le ticket gagnant était sans aucun doute Nepheis. Opérant depuis maintenant sept années, le petit regroupement de sorcier avait su se hisser au plus haut niveau et devenir ainsi l’une des trois plus grande Guilde Noir de tout Fiore. Maintenant, même prononcer le nom de cette Obscure Assemblée faisait trembler n’importe qui. Mais aujourd’hui, les deux hommes n’avaient pas peur. Ils en parlaient librement et dans des termes peu élogieux. Bien entendu, trop occupé à dire du mal de Nepheis, ils ne virent pas que l’étranger s’était arrêté de manger et les observait maintenant de ses yeux perçants.

C’est à ce moment là que tout bascula. L’un des deux hommes fut alors prit d’une violente migraine qui le fit sursauter et pousser un petit gémissement. Alors que son ami lui demanda ce qu’il se passait, il ne comprit pas pourquoi son partenaire se leva et agrippa la dague qu’il avait à sa ceinture. Arme en main, l’homme se dirigea vers son frère d’arme et sans qu’il ne puisse rien faire, plongea son couteau dans le torse de son ami. Il ne contrôlait pas son corps. Pourquoi voudrait-il le tuer ? Il était son plus vieil ami. Mais dans sa tête, des voix lui ordonnaient de le faire, il voulait lutter mais il n’en avait pas la force. Une fois recouvert de sang, le corps de son ancien compagnon à ses pieds, il lâcha l’arme et hurla. Que c’était il passé ? Alors que le tavernier était immédiatement parti chercher des gardes pour faire arrêter le meurtrier, un rire lugubre résonna dans l’auberge. Paisiblement l’étranger se leva et se dirigea vers le bourreau. Si, alors qu’il était assis il paraissait grand, une fois debout le doute ne faisait plus. Dun pas lent et calculé il se dirigea vers l’homme recouvert de sang. Ce dernier, en voyant le regard que l’inconnu lui lançait fut pris de panique mais ne put rien faire. Son corps était paralysé par la peur. Une fois à sa hauteur, le Goinfre le toisa.

« Tout ceux disant du mal de Nepheis ne mérite qu’une seule chose… »

Puis il prit le jeune mage à la gorge et le souleva sans aucune difficulté. Serrant son énorme main autour du cou du pauvre homme, il l’étranglait. Mais pas seulement. Utilisant sa magie, il absorba petit à petit la vie encore présente dans le corps du magicien. Ce dernier tenta de crier, d’appeler à l’aide, mais aucun son ne sortait. En quelques secondes, alors qu’il lui restait encore beaucoup d’années à vivre, il avait croisé le chemin de Sia, un mage de Nepheis, et ce dernier avait décidé de faucher sa vie. La mort. Voila ce qui est donné à ceux crachant sur le nom de la Guilde Noire.

Un bon repas, un peu d’alcool et le plaisir de tuer. Cette halte n’aurait pas pu mieux se terminer. Sia se dirigea alors vers la sortie, prenant au passage un manteau posé sur une chaise afin de se couvrir et parti sans laisser de trace. Il faisait vraiment froid dans cette partie du pays…

***

Marchant doucement, n’ayant que le crissement de ses pas dans la neige pour seule musique, le Gladiateur se dirigeait tranquillement vers une grotte non loin. Si les informations qu’il avait obtenues se révélaient correctes il trouverait dans cette fameuse caverne ce qu’il cherchait. Depuis qu’il était libre, il n’avait eu de cesse que de trouver de nouvelles magies à gouter. Dans son petit monde isolé du Lugubre Carnaval, on ne lui avait servi que des mets presque pourri. Des magies bien ridicules à manger comparées à celle qu’il avait trouvé en dans le monde extérieur. Il n’avait maintenant qu’un seul but. Trouver et gouter un maximum de saveur pour combler la faim qui le tiraillait sans relâche. Déjà son ventre se faisait entendre. Il pensait qu’avec le repas qu’il avait prit dans l’auberge plus tôt, le gouffre qui lui servait d’estomac serrait rassasié pendant quelque temps, mais au final ce n’était pas le cas. Quand cela s’arrêtera ? Aurait-il un jour le loisir de pouvoir passer une journée sans avoir à manger pour au moins six personnes ? Pas aujourd’hui en tout cas.

Arrivé devant la grotte, il huma l’air. De la magie. Oui on pouvait la sentir clairement maintenant. L’Ancien Esclave sourit alors et pénétra dans les profondeurs obscures de la Terre. Autour de lui, luisaient des cristaux empreints d’une magie étrange qu’il n’avait encore jamais vu. Il s’approcha de l’un d’entre et le toucha du bout des doigts. Il brisa la mince barrière qui retenait son Obscure Magie, et absorba l’énergie présente dans le cristal. Une petite quantité se déversa alors en lui et il sourit de plus belle. Agréable. Cette énergie avait un gout délicieux. Mais il n’y en avait clairement pas assez. Il continua son chemin dans les recoins sinueux de la caverne, s’arrêtant à chaque fois qu’il rencontrait un cristal pour en absorber la magie, éteignant petit à petit tous ceux qui se trouvaient à sa portée. Puis au bout d’un certain temps, alors qu’il continuait d’avancer, il sentait autre chose. Une présence qui n’avait rien de semblable à celle dégagé par les minerais magiques. De la magie là encore. Mais plus sombre, plus enivrante aussi. Piqué par la curiosité, le Mage Noir continua son chemin jusqu'à rencontrer quelqu’un. Une femme, emmitouflée dans une cape à l’aspect duveteux et qui recouvrait son corps frêle. Il émanait de cette femme une aura des plus intéressantes. Celle qui entourait le corps des magiciens. Reniflant doucement les environs, il tenta d’identifier la magie à l’odeur. Elle ne lui disait rien, c’était une nouvelle magie qu’il ne connaissait toujours pas. Le monde avait tellement de chose à lui faire découvrir. Son estomac le tritura alors, voyant dans cette odeur une occasion d’être rassasié. Hermès, le Dieu des Voleurs avait faim, et peut être que cette mage pourrait subvenir à ses besoins.

L’homme affichait toujours un sourire carnassier, celui qu’il affichait toujours quand il s’apprêter à déguster un nouveau mets. Aujourd'hui, il serait peut être enfin rassasié…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Onihime
avatar

■ Solitaire ■ |S-Class|


Messages : 17
Date d'inscription : 10/05/2014
Magie : Ténèbres & Nécromancie
Réputation : 700
Jewels : 200 000

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   Jeu 15 Mai - 22:24



Périple dans le froid
feat Sia


Une sensation étrange, un moment totalement improbable pour moi et juste cette sensation étrange d'être une sorte de proie pour le nouvel arrivant. Je soupirais doucement avant de me reculer et me relever laissant le cristal de magie partir, magie noire qui alla directement vers moi et me fis alors sourire doucement. Je la concentrais simplement en une boule devant mon visage avant d'afficher un magnifique sourire au nouvel arrivant, lâchant juste:

"Bienvenue dans ces douces ténèbres monsieur le visiteur. voyant comment celles-ci résonnent autour de vous je pense que vous aussi elles vous apprécient..."

Je fini par voir cet air vraiment abject se former comme s'il allait me manger ou me dévorer. Je fini par m'asseoir devant lui me fichant de cela et trouvant juste ces lueurs noires magnifiques. Je soupirais me demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire m'en fichant un peu d'un coté. Je n'étais qu'en soif de savoir. Je finis par sortir la carcasse du corbeau de mon sac approchant mon visage de celui ci avant de l'embrasser sur le crane avant de rire de manière sadique et voir ce dernier se poser sur mon épaule serrant ses serres sur ma peau à nue. Le sang coula quelques peu mais à vrai dire ce n'est pas réellement cela qui me fit le plus peur. Quelques gouttes ne tuent pas.

"Comptes tu réellement engager le combat ou alors pouvons nous simplement parler... Sâches que tu ne me fait pas peur... J'aurais plus peur de faire effondré cette caverne pleines de connaissance...."

Je soupirais doucement me demandant juste ce que ce type me voulais. Allait il être assez fou pour engager un combat entre mage noirs dans cette grotte débordant de ressources ainsi que de choses précieuses à mes yeux? Je fini par me relever doucement laissant le corbeau venir cette fois sur ma main avant de le regarder droit dans les yeux avec un air totalement absent. J'étais en train de me concentrer pour communiquer avec l'au-delà afin de pouvoir préparer de quoi me défendre via les revenants, voulant juste prévenir ne cherchant pas à attaquer.  


© Sandra38

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sia
avatar

■ Modo ■ |Nepheis-S|


Messages : 123
Date d'inscription : 26/03/2014
Magie : Magie du Dieu des Voleurs - Hermès
Jewels : 200 000

Feuille de personnage
Level: 16
Expérience:
0/0  (0/0)
Réputation:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   Mar 20 Mai - 8:48
L’atmosphère était devenue glaciale. Quelque chose entourait la femme d’une froideur sans nom, quelque chose de malsain qui commençait à se sentir dans l’air. Ne bougeant pas un muscle, Sia attendait la moindre occasion pour attaquer. Il avait vite compris à qui il avait à faire. Cette magicienne ne lui ferait sans aucun doute pas de cadeau s’il faisait le moindre faux pas. Le lieu n’était pas propice à se battre. Le sol était irrégulier, le plafond trop bas. Pour que sa magie soit vraiment efficace, il devait se rapprocher de ses victimes, assez pour pouvoir les toucher rien qu’une fois. Ici, il n’y arriverait pas. En courant, il pourrait facilement glisser ou se prendre les pieds dans une saillie rocheuse. De plus le manque de lumière ne lui permettait clairement pas de pouvoir éviter le moindre obstacle. Si seulement il n’avait pas éteint tous les cristaux qu’il avait croisé, la situation serait peut être différence. La faim d’Hermès lui avait à nouveau joué des tours. Quel idiot il faisait…

Mais pour l’instant, heureusement pour lui, l’inconnue ne semblait pas intéressée. Il la sentit concentrer sa magie et le Gladiateur put voir une sphère obscure se matérialiser devant le visage de la femme, illuminant son doux faciès d’un sourire qui irradiait son visage et qui semblait déplacé après avoir utilisé une telle magie. Magie des Ténèbres. L’Ancien Esclave avait déjà eu affaire à ce genre de magie. Elle est fade en bouche, un arrière gout désagréable et cela reste sur l’estomac. Immangeable, sauf si on en exprime vraiment le besoin. Alors qu’il esquissait une grimace de dégout en se souvenant de la fois où il avait pu affronter un mage utilisant cette magie, l’inconnue ouvrit la bouche pour parler. Ses paroles résonnèrent dans la cave, se répercutant dans tous les recoins, donnant à ces palabres une profondeur qu’elles n’auraient sans doute pas eu à l’extérieur. Elle avait compris quelle sorte de mage était Sia. Bien. A présent chacun savait de quoi était capable l’autre. Deux prédateurs, coincés dans une caverne… Si les choses tournaient mal, le Mage Noir allait devoir trouver un moyen de sortir de là. La Magie qu’elle utilisait lui permettait de se battre à distance, pour reprendre l’avantage un peu plus de place ne serait pas du luxe. Autrement, il allait se transformer de prédateur aux dents aiguisées à simple souris sans défense. Il pourrait bien entendu lui voler sa magie, la situation serait inversée certes, mais le temps qu’il y arrive, la grotte pourrait en souffrir et s’effondrer sur eux. Mauvaise idée…

Il y a cinq ans, alors qu’il venait de se libérer du Festival Noir, il n’aurait pas hésité. Il lui aurait sauté à la gorge comme un jeune chien fou et enfoncé ses dents dans son charmant petit cou au teint laiteux avec hargne. Mais il avait muri et avait appris à choisir ses batailles. Elle s’avança alors. Sans y réfléchir, il commença à appuyer sur la fine barrière retenant sa magie, s’apprêtant à lui voler la vue afin de lui donner le temps d’éviter une quelconque attaque. Mais elle ne fit rien, elle s’assit juste devant lui. Elle n’avait nullement peur de lui. La garce… Sia n’était il pas assez intimidant ? Son regard noir et froid n’indiquait il pas qu’il ne fallait mieux pas s’approcher de lui comme ça ? Il n’était pas un simple humain dont on pouvait ignorer l’existence. Ne sentait-elle pas les restes de sang qui émanaient de ses mains ? Elle avait ressentit les ténèbres insidieuses qui entouraient le corps du Voleur et pourtant elle ne le craignait pas ? Sotte ou tout simplement brave ? Des questions qui brulaient les lèvres du Sorcier et qui faisait monter en lui une colère froide et sans nom. Personne ne l’ignore, ceux qui l’ont pris pour une créature inoffensive l’ont regrettés, leurs dépouilles pourrissent encore sous terre, le corps marqué par les traces de ses dents qui les avaient déchiquetées. Je mangerais ton cœur ma jolie… pensa-t-il alors. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas dégusté de la viande humaine, une pratique qu’il avait abandonnée lorsqu’il avait cessé d’être un animal en cage pour devenir un homme libre. Mais aujourd’hui, il avait trouvé quelqu’un qui avait ranimé la flamme de la bête sauvage en lui.

Alors que son corps bouillonnait de colère, elle sortit de ses affaires le cadavre d’un corbeau. Pourquoi se promenait-elle avec une telle chose dans ses affaires. L’air imprégna d’une odeur douçâtre, celle de corps mort depuis longtemps. Allait-elle s’en servir pour pratiquer un sort obscur ? Les magies nécessitants l’utilisation d’animaux mort n’était pas courante et pour la plupart très malsaine. Elle embrassa alors l’animal et se dernier commença à bouger. Ses ailes se mirent à battre légèrement, ses pattes à bouger doucement et sa tête se tourna. La femme rit alors, un rire froid et angoissant, qui encore une fois eu plus de profondeur grâce à la cave dans laquelle ils se trouvaient. Le corbeau s’envola, croassa et se posa sur l’épaule de sa maitresse, faisant perler quelques gouttes d’un sang rubicond sur son épaule nue. De la Nécromancie… La colère qui habitait le Mage Noir se dissipa un peu pour laisser place à de la surprise et une petite pointe de curiosité. Il n’avait jamais eu affaire à cette magie. Lorsqu’il avait été recueilli par Alucard, il avait eu accès à une éducation et avait appris à lire. Il avait alors parcourut tous les livres qu’il avait à portée de main et avait trouvé un ouvrage parlant de cette magie. Obscure, lointaine, oubliée… Rare était les personnes choisissant d’utiliser cette magie abjecte. Elle permettait des choses formidables quand on été prêt à en payer le prix, mais seul les fous avaient l’audace de le faire.

Elle parla une fois de plus. Ainsi ce n’était pas juste une impression… Elle n’avait pas peur. Sa colère revint, plus forte que jamais, secouant son corps comme un océan en pleine tempête. Elle craignait plus la perte de relique que le Mage en face d’elle ?! Sia gardait son calme. Le premier à le perdre, allait perdre bien plus. Elle se releva et son corbeau marcha sur son bras tendu pour venir se poser sur sa main. Les deux le regardaient. La femme d’un air totalement absent, le corbeau d’un œil vide. Sia fit un pas en avant, s’approchant doucement d’elle, l’odeur du corps mort était encore plus désagréable maintenant qu’il était juste à côté du cadavre animé. Il tendit la main et de son doigt effleura le bec de l’animal. S’était froid. Même si l’animal bougeait, il n’en restait pas moins un cadavre. Sans un mot, il libéra sa magie et tenta d’absorber une petite partie de la magie présente dans l’animal pour gouter ce nouveau mets. Il l’avait à peine fait que la créature réagit et lui pinça le doigt jusqu’au sang. Des gouttes tombèrent silencieusement sur le sol. Sia porta son index à sa bouche et lécha la blessure tout en souriant. Abject. Cette magie avait le gout âpre d’un fruit en décomposition. Comment cette femme faisait-elle pour la manier correctement… Le monde libre est vraiment intéressant.

Il eut un petit rire pour lui-même et avança silencieusement dans la cave. Il dépassa l’inconnue, la frôlant presque, sentant son parfum envoutant malgré les relents de chair en décomposition et se dirigea vers l’un des cristaux qui luisait dans le fond. Il posa son doigt meurtri dessus et absorba la magie du minerai pour chasser le gout du corbeau. Son palais le remercier. Tournant le dos à la femme, il ouvrit à son tour la bouche.

« La peur… Un sentiment bien particulier… Tu as plus peur de perdre des breloques que de l’inconnu que tu croise… C’est intéressant il faut l’avouer. »

Il se retourna, la toisant du regard. Calmement il s’assit sur un petit rocher faisant parfaitement office de siège. Son dos s’appuya contre la paroi froide de la grotte. Malgré son manteau, il pouvait très bien sentir l’absence de chaleur sur son dos nu. Elle atténua sa colère, calmant son corps mais aussi son esprit. Cette femme devenait intéressante. Qu’avait donc été sa vie pour devenir une Magicienne manipulant les corps des morts ? On ne pouvait pas en arriver dans une partie si obscure de la magie en ayant vécu une vie des plus normales. Il avait envie d’en apprendre plus. La tuer maintenant pour son arrogance serait idiot. Il allait devoir discuter. Si seulement il avait pu avoir sur lui de quoi boire ou manger. Du vin aurait été parfait. Malheureusement son départ précipité de l’auberge où il avait fait une halte ne lui avait pas permis de se servir dans les stocks de la taverne. Dommage…

« Je ne suis pas venu pour me battre. J’ai juste entendu parler de cette grotte, elle est censée abriter une magie particulière que je voulais voir. En avançant j’ai ressentis ta présence. Je ne pouvais l’ignorer. Tu empeste la magie. Une puissante magie s’il en est. Tu t’intéresse aux reliques, pour ma part je m’intéresse à la magie en elle-même. Parcourant le monde à la recherche de nouvelle arcanes que je ne connais pas. Au final, nous ne sommes pas si différents, il serait dommage de se battre. Je me nomme Sia. »

Il mit les mains dans les poches du manteau qu’il avait volé. Ses doigts heurtèrent alors une boite métallique qu’il n’avait pas sentie auparavant. Il la sortit et fut ravie en l’ouvrant de voir des cigares joliment alignés. L’homme à qui il avait pris ce manteau savait vivre visiblement. Il en prit un et remit la boite dans la poche. Il porta le cigare à son nez et le sentit profondément. Les fragrances de tabac frais parvinrent à momentanément reprendre le dessus sur l’odeur du corbeau mort. Fouillant les autres poches il trouva son bonheur en la présence d’un briquet dans l’une des poches intérieures. Il mit le bout du cigare dans bouche et alluma l’autre extrémité. La flamme éclaira brièvement son visage. Il souriait légèrement, les yeux rivés sur la femme, la détaillant de part en part, d’un œil qu’il voulait lubrique. Aspirant doucement la fumée, il la relâcha dans un nuage blanc et duveteux. Libérant l’odeur du tabac tout autour de lui. Agréable. Ce n’était clairement pas le meilleur qu’il avait fumé mais il n’allait pas se plaindre. Prenant une nouvelle inspiration, il laissa la fumée s’écouler doucement de sa bouche.

« Que recherches tu donc ici ma jolie ? Une babiole en particulier ? Ou peut être un rat mort à ajouter à ta charmante petite collection ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Onihime
avatar

■ Solitaire ■ |S-Class|


Messages : 17
Date d'inscription : 10/05/2014
Magie : Ténèbres & Nécromancie
Réputation : 700
Jewels : 200 000

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   Mar 20 Mai - 14:23



Périple dans le froid
feat Sia


L'odeur de son cigare, la fumée qui s'en dégageait, et aussi toutes ces lumières noires que je pouvais voir grâce à cette magie ténébreuse dont j'avais eu connaissance. Ce passé m'avait juste permis d'avoir des connaissances et de savoir maîtriser cette magie si envoûtante. Je regardais l'inconnu du coin de l’œil ne prenant pas la peine de me retourner complètement. Pour lui j'empestais la magie, pour moi c'était une douce sensation que j'adorais réellement avoir. Sensation de puissance, de bien être, de confiance en soi que j'avais acquit au fur et à mesure de ces années. Je rigolais alors amusée de l'entendre dire qu'il ne voulait pas combattre, alors pourquoi me sentir comme si j'étais une proie Je souriais juste amusée, sourire malsain que j'affichais juste parce que j'étais en train de découvrir quelques chose que j'ignorais. Pourquoi vouloir préserver ce lieu? Tout simplement car il possédait une source de magie infinie pour moi comme pour lui de ce que j'avais compris. Je fini par m'asseoir de nouveau en face de lui sur le sol me fichant bien de cette froideur surtout vu celle que mon compagnon à plumes dégageait. Je fini par le regarder doucement avec un air amusé et non craintif comme je devrais l'avoir:

"Onihime pour ma part.... Je n'ai guère peur de toi car je me sens à mon aise ici, je ne pense pas avoir à te craindre. Je ne suis ici que pour savoir si les rumeurs disent vraies... cet endroit est en effet fascinant et j'avoue que j'apprécie la noirceur de cette caverne, pour les autres c'est un calvaire de vivre dans le noir... Pour moi c'est appréciable, une sensation que je ne comprendrais jamais mais qui me plait réellement, elle me fait frémir, me met dans une sorte d'extase. Je suis à la recherche de savoir, je n'aime pas rester dans le doute et dans l'ignorance comme les trois quart de ce monde futile.... Ma magie est bien particulière, mais ton sarcasme ne changera pas le fait que je me balade avec des corps aussi étrange cela puisse paraître ils me rendent bien des services... D'ailleurs était ce bon cette sensation que u as eu en tuant toutes ces personnes au dessus de nous? Éprouves tu du plaisir lorsque tu fais cela? Et ce bon de sentir une vie s'évaporer sous ses propres mains? "

J'avais l'air d'une gamine lorsque je posais ces questions, quelque chose de malsain pouvait s'en faire ressentir. Quelque chose qui pouvait mettre bien mal à l'aise bien des personnes peuplant ce monde. Je trouvais aussi un plaisir en réanimant ces corps, cela m'amusais réellement. Je trouvais cela amusant et existant de sentir que l'on pouvait contrôler un corps et s'amuser avec celui ci tout en jouant de l'âme que l'on a invoquer. Rien de mieux que cela... A vrai dire j'avais apprit à faire avec ce don et à le contrôler moi même. J'en payais le prix à chaque fois que je l’utilisais tombant dans une démence passagère et prenant le risque de perdre le contrôle de moi même.

"Et toi qu'est ce qui t'as fait venir ici ? si ce n'est pour la simple raison que tu es en recherche de connaissance comme moi... "

J'étais toujours assise en face de lui jouant avec le corbeau et regardant finalement celui ci en souriant avant de rire d'un ton amusé libérant l’âme que j'avais emprisonné dedans d'un simple baiser sur le crane du cadavre. Je souriais amusée le rangeant, rigolant de manière assez étrange et me sentant bien... Dans mon élément dans cette obscurité incroyable. 


© Sandra38

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sia
avatar

■ Modo ■ |Nepheis-S|


Messages : 123
Date d'inscription : 26/03/2014
Magie : Magie du Dieu des Voleurs - Hermès
Jewels : 200 000

Feuille de personnage
Level: 16
Expérience:
0/0  (0/0)
Réputation:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   Ven 23 Mai - 21:38
La fumée tourne autour de lui, dansant au gré de la légère brise s’écoulant dans la caverne. Elle tourne autour de lui, l’entourant d’un écran blanc aux teintes bleutées presque imperceptible dans cette grotte. Le gout de tabac sur les lèvres, les légers picotements dans le nez et dans la gorge, il savourait pleinement ce cigare. Inspirant, sentant la fumée déposer son poison nocif dans son corps et le relaxant à la fois.

L’inconnue se mit à rire, sans aucune raison. Le Gladiateur tiqua. Avait-il dit quelque chose de drôle sans le vouloir ? Ou cette femme était elle juste folle. La magie qu’elle utilisait avait du prendre le pas sur son esprit et l’envoyer dans une abime de tourment où son esprit n’avait pu résister. Plus d’une fois, Sia avait lu aussi senti que l’ancienne et obscure magie qui imprégnait son corps depuis sa naissance tentait de l’entrainer dans la folie. La faim qui le tenaillait ne le lâchait jamais, l’empêchant de dormir, de réfléchir, de pouvoir agir à sa guise. Il avait vécu toute sa vie comme un esclave. On lui ordonnait quoi faire, qui combattre, quand manger, quand dormir. Aucun contrôle sur sa propre existence, dorloté par une mère avide de vengeance ne le considérant que comme un outil. Raillé constamment par un père sauvage et sans cœur étant allé jusqu'à vouloir le tuer quand il eu peur de son pouvoir. Une vie qui ne méritait même pas de vraiment porter ce nom. A cette époque, il aurait pu s’abandonner au monstre habitant en lui. Donner les clés de son existence à Hermès, ce démon piégé dans son corps. Le laisser faire ce qu’il désirait. Se laisser dériver dans la folie et devenir la véritable bête que sa magie désirait.

Mais il en avait décidé autrement. Il avait brisé ses chaines. S’était levé et avait choisi de contrôler sa vie. Ce n’était pas un combat contre l’oppression, lorsque les autres esclaves avait vu le Mage Noir se libérer, tuer son père, lui dévorer le cœur et exterminer toutes les personnes venus assister aux combats d’esclaves, ils avaient tous cru à la même chose. Enfin quelqu’un allait les sauver… Pathétiques humains… Faibles et ignorants, attendant que quelqu’un les aident. Qui l’avait aidé lui ? Qui s’était interposé pour arrêter ses supplices ? Personne. Il était seul, et s’il voulait que cela s’arrête, il devait le faire de lui-même. Ainsi il n’avait pas cédé à la folie, il avait affronté Hermès et c’était promis de se délivrer de lui. Il allait manger, manger, manger encore, jusqu'à ce que le Dieu des Voleurs soit satisfait.

Mais au final, peut être n’était elle pas folle. Essayant juste de se donner de la contenance. Un petit rire inquiétait, dans une grotte obscure avec un corbeau mort dans les bras. Cela pouvait en impressionner plus d’un il fallait l’avouer. En revanche, cela laissait le Ténébreux de marbre. Il avait vu ou bien entendu fait des choses bien plus angoissantes dans sa vie. Elle fini par s’assoir face à lui et le regarda dans les yeux. Tirant une fois de plus sur le cigare il écouta attentivement tout ce qu’elle avait à dire. Elle ne le craignait pas. Erreur. Rien qu’en entendant ces mots, l’Ancien Esclave s’imaginait déjà serrer de ses doigts son charmant petit cou. Voir ses yeux s’écarquiller sous le manque d’air. Les petits vaisseaux sanguins éclatés en millier de roses rouges sangs, tel un feu d’artifice en pleine nuit. Entendre le son que ses os feraient quand ils se brisent, et le délicieux chant du dernier soupir. Il frissonna de plaisir. S’il n’en venait pas à la tuer au final, il faudrait qu’il trouve quelqu’un d’autre. Une telle envie ne se satisfait pas juste avec l’imagination…

Puis à mesure qu’elle continuait à parler, l’attitude de Sia changea. Elle appréciait l’obscurité. Oui, il était vrai que les Ténèbres avaient quelque chose de rassurant. Vous entourant, vous envoutant, vous apaisant. Il arrivait à comprendre le ressentit de l’inconnue. Elle cherchait la connaissance. Intéressant. Il est vrai que la plupart des gens s’obstinaient à vivre, cloisonnés dans leurs petites habitudes minables. Ne cherchant pas à aller plus loin que le bout de leur nez. Trouvez un travail. Allez à ce travail. Mariez-vous. Ayez des enfants. Agissez normalement. Marchez dans les cloues. Obéissez aux lois. Répétez après moi « Je suis libre ». Bande d’imbécile. Aucun changement, rester sur la route que le troupeau a tracé. Un comportement de moutons ignares qui énervait Sia. Finalement cette magicienne n’était pas des plus banales et cela lui plaisait. Elle mentionna alors les personnes qu’il venait de tuer.

« Si j’éprouve du plaisir en tuant ? »

Il réfléchit calmement, finissant son cigare. Il jeta le reste au loin et se releva. Remettant son manteau en place, il la regarda et sourit une fois de plus de toutes ses dents.

« Oui. N’est ce pas normal ? Dès le ventre de ma mère on m’a donné le pouvoir de tuer. Le pouvoir de voler n’importe quoi. Et qu’il y’a-t-il de plus jouissif que de voler une vie ? De sentir s’écouler dans ses mains la vie d’une personne, de voir l’agonie dans les yeux d’une proie qu’il ne lui reste plus qu’une chose à faire. Accepter le fait que sa vie est finie. A dix ans je fus emmené dans une arène, face à trois hommes. Je les ai tués sans aucun remord. Pourquoi en aurais-je eu de toute manière ? La vie est ainsi faite, les forts dévorent les faibles. Par chance je fais parti des forts, il semble logique que je mange alors les faibles. Sélection naturelle si tu préfère… »

Elle avait rangé son corbeau après l’avoir embrassé sur le crâne. Répugnant… Mais une lueur apparut dans les yeux de Sia. Elle avait commis une grave erreur. Bien sur elle n’en savait rien. Mais il l’avait déjà vu insuffler la vie une fois dans ce cadavre. Il avait identifié le mouvement, compris les mécanismes de sa magie. La prochaine fois, s’il en avait besoin, il l’empêcherait de le faire. Il pouvait à présent lui voler cette faculté et l’utiliser à sa place. Il n’était pas certain de pouvoir contrôler le mort-vivant mais au moins elle ne pourrait plus le faire. Si un combat éclatait il pourrait la priver de cet allié. Il n’était pas certain qu’un corbeau ayant rendu l’âme soit vraiment un atout mais tant pis.

Il se retourna et observa la suite de la caverne. Il faisait sombre et il n’y voyait rien. C’était ennuyant. Peut être qu’au fond de cette grotte il y avait quelque chose de plus intéressant. Il tourna la tête vers l’inconnue.

« Je n’ai rien à faire. Tu veux chercher des reliques ? Cherchons alors, peut être trouverons nous ce que tu recherches et avec de la chance il y a encore de la magie que je peux gouter plus loin. Nous continuerons de débattre sur la nature du noir en marchant. »

Sans attendre de réponse, le Voleur se mit en marche dans les boyaux rocheux et peu éclairés que la grotte avait à leur offrir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Onihime
avatar

■ Solitaire ■ |S-Class|


Messages : 17
Date d'inscription : 10/05/2014
Magie : Ténèbres & Nécromancie
Réputation : 700
Jewels : 200 000

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   Sam 24 Mai - 13:59



Périple dans le froid
feat Sia


Je souriais en l'écoutant parler de meurtre comme s'il s'agissait de manger et que le monde n'était régit que par la force et rien d'autre. Il n'avait pas tord et je l'avais vécu par le passé. J'avais fuis mon maître car il allait me tuer moi aussi, j'avais vécut le reste de ma vie seule. J'étais une petite chose faible au final lorsque l'on s'approchais un peu trop de moi. Mais l'éloignement me donnais en quelques sorte le moyen de compenser ma force physique par autre chose. Je soupirais en écoutant la suite blasée certainement par un manque d'originalité de sa part. Je fini par le lever le suivant alors m'enfonçant un peu plus dans la grotte et finissant par sortir d'un ton amusé:

"De la magie à manger et dévorer... saches que cette grotte en est remplie donc si cela fait augmenter ton pouvoir c'est ici qu'il sera à son apogée. Pour ma part le mien n'est pas réellement mangeable à proprement parler... Il doit avoir un gout assez effroyable... Par contre il me semble que la tienne de magie est intéressante... Me permettrais tu de mener quelques recherches sur toi? Je ne veux pas te torturer ni quoi que ce soit mais essayer certaines choses pour comprendre un peu comment elle fonctionne... "

J'étais un peu amusée de m'être trouvé un nouveau sujet d'expérience. Je ne faisais pas cela sans but, je voulais apprendre plus... Certes mais sur des sujets qui me plaisaient. Je fini par m’arrêter lui jetant un cristal rempli d'énergie et souriais doucement en lui faisant en quelques sorte un cadeau. Pour moi ce n'était pas difficile de me déplacer dans cette vague ténébreuse. Je fini par me rapprocher un peu de lui et soupirer un peu. Pour moi il faisait trop froid du fait qu'en plus de ces ténèbres nous étions dans un endroit de glace et de neige. Je n'étais vraiment pas dans mon élément. Je n'aimais pas du tout ce vent que je sentais dans la grotte venant de s'engouffrer et arrivant de devant nous. Je fini par soupirer doucement avant de me tenir prête car je savais très bien que généralement tout cela venait d'un mouvement de personnes ou alors d'un monstre... Le deuxième choix était plus judicieux ici...




© Sandra38

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Périple dans le froid [pv Sia]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Périple dans le froid [pv Sia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ✖ ( terminé )
» [Châteaunoir][RP Flash Back] Le feu de la forge dans le froid de l'hiver (Jon Snow)
» Dans le froid et l'obscurité
» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ✖ néron
» Perdus dans le Froid ~ ❄

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TalesofFairyTail :: ZONE RP :: Fiore Nord :: Grottes d'Eruyt-